Les Gourmandises de Karelle dans AZA MAG, le E-Magazine des femmes entrepreneures africaines


Plus bavarde que moi tu meurs, je n’ai donc pas choisi ma profession pour rien 😉 Je suis journaliste et pour l’occasion j’ai laissĂ© ma place d’intervieweur Ă  celle d’interviewĂ©e (Est-ce que cette phrase est française? Est-ce que cette phrase a un sens?) Disons que je suis passĂ©e de l’autre cĂŽtĂ© du micro (C’est carrĂ©ment plus simple).

Il y a quelques semaines j’ai Ă©tĂ© contactĂ©e par le magazine AZA MAG qui souhaitait savoir si j’Ă©tais intĂ©ressĂ©e par une entrevue concernant Les Gourmandises de Karelle. D’habitude oui je le suis mais lĂ , je l’Ă©tais encore plus dans la mesure oĂč ce e-magazine (magazine en ligne) parlait des FEMMES – ENTREPREUNEURES – AFRICAINES. Hey, that’s so me! Je vous propose donc d’en savoir un peu peu plus sur les Gourmandises de Karelle mais aussi et surtout sur moi Karelle. Qui je suis, comment j’ai commencĂ©, ce qui m’a poussĂ© en cuisine et pleiiin d’autres petits secrets… Bonne lecture!

—————————————————————————-

  1. Bonjour Karelle et bienvenue dans Aza Mag, le e-magazine des femmes entrepreneures. Pour ce second numĂ©ro, “Les Gourmandises de Karelle” sont Ă  l’honneur dans notre rubrique Entreprise du Mois. Pouvez-vous vous prĂ©senter Ă  nos lectrices et lecteurs?

 

Je m’appelle Karelle Vignon-Vullierme, j’ai 28 ans, je vis Ă  Dakar la capitale sĂ©nĂ©galaise depuis maintenant 3 ans et je suis une grande gourmande ! Je suis d’origine bĂ©ninoise mais je suis nĂ©e et j’ai grandi Ă  Paris, en France. AprĂšs l’obtention de mon baccalaurĂ©at, j’ai Ă©tĂ© poursuivre mes Ă©tudes universitaires au Canada, pays dans lequel je suis restĂ©e 6 ans. C’est d’ailleurs au Canada que j’ai commencĂ© Ă  m’intĂ©resser Ă  la cuisine.

 

  1. Apres un parcours comme le vĂŽtre, comment vous vous ĂȘtes retrouvĂ©s cuisiniĂšre et administrateur d’un blog culinaire ?

 

Je suis trĂšs gourmande et j’ai toujours aimĂ© manger. Faire Ă  manger Ă©tait vraiment une autre chose ! J’ai appris avec le temps, grĂące aux livres, Ă  mon entourage, Ă  mes sorties mais surtout, grĂące Ă  Internet. Ce qui m’a le plus poussĂ© Ă  faire des efforts en cuisine a Ă©tĂ© la rencontre avec mon mari. On dit que pour garder un homme, surtout les africains, il faut savoir prĂ©parer Ă  manger. Ma mĂšre, mes grands-mĂšres, mes tantes sont toutes des femmes qui savent prĂ©parer. Aujourd’hui, la nouvelle gĂ©nĂ©ration n’est plus aussi traditionnelle mais certaines valeurs ne se perdent pas. La cuisine en fait partie. J’ai donc commencĂ© Ă  prĂ©parer et j’ai eu de trĂšs bons retours. Je rappelle souvent aux gens que je ne suis pas une chef, je fais de la cuisine ordinaire, pour des gens ordinaires. Disons que cela fait 5/6 ans que je cuisine, mais 2/3 ans que je le fais plus sĂ©rieusement

La crĂ©ation de ce blog s’est faite sur un vrai coup de tĂȘte. Lorsque je prĂ©parais mes plats, je prenais des photos que je postais sur les rĂ©seaux sociaux. Beaucoup de mes ami(e)s me demandaient les recettes donc je leur envoyais par email. Plus le temps passait, plus je recevais des demandes. Je me suis dis que le plus simple et surtout le plus pratique Ă©tait de crĂ©er une plateforme sur le web, accessible partout, et par tous. Internet n’a pas de limite. Mes contacts au Canada peuvent voir le mĂȘme contenu que mes contacts au BĂ©nin, au Mali ou en France par exemple. En dĂ©cembre 2013 j’ai donc achetĂ© un nom de domaine et c’est lĂ  que l’aventure a commencĂ©.

 

  1. Votre blog est devenu un site web depuis quelques semaines, pourquoi cette migration ?

 

Quand j’ai commencĂ© cette aventure, parce que oui tenir un blog culinaire et faire des publications rĂ©guliĂšres est une vĂ©ritable aventure, c’était pour partager mes connaissances et mes expĂ©riences. Avec le temps, avec les retours des internautes, il y avaient de nombreux changements que je voulais faire concernant la mise en page des articles, la taille des photos, les couleurs etc… Malheureusement, le thĂšme que j’avais initialement Ă©tait un thĂšme gratuit donc non modifiable. D’autres parts, on m’a dit et redit qu’il serait bien pour moi de placer des publicitĂ©s afin de me faire un peu d’argent. Pour toutes ces diffĂ©rentes raisons, je suis passĂ©e du blog basique au site Internet rentable et personnalisable!

 

  1. Avec le boum des rĂ©seaux sociaux et de l’économie du numĂ©rique, arrivez-vous Ă  rentabiliser votre site ?

 

Je ne vis pas de mon blog car c’est un « à cĂŽté ». J’arrive Ă  me faire de l’argent, grĂące aux publicitĂ©s et aux diffĂ©rents partenariats que j’ai nouĂ© avec d’autres plateformes mais la cuisine n’est pas mon activitĂ© principale. C’est une passion, un rĂ©el plaisir mais je n’y consacre qu’environ 10% de mon temps. Je suis journaliste et c’est mon emploi qui me permet de payer mes factures ! Bien sĂ»r, dans un avenir proche, si Dieu m’en donne la chance, je vivrais de mon blog et de ma cuisine mais pour le moment, je me consacre Ă  ma carriĂšre journalistique.

  1. Allons aux fourneaux : comment naissent vos recettes ?

 

Je passe ma vie sur Internet, plus particuliĂšrement sur les sites et les pages de cuisine. J’ai Ă©galement pas mal de livres de recettes. Dans le domaine, presque rien n’est Ă  crĂ©er, tout a quasiment dĂ©jĂ  Ă©tĂ© fait. Ce qu’on peut faire par contre, c’est « revisiter » des classiques, les personnaliser, les faire « à notre propre sauce ». En cuisine comme dans la mode par exemple, il y a des tendances : Un fruit, un lĂ©gume, une Ă©pice en vogue. Ce que j’aime faire particuliĂšrement, c’est ce que j’appelle du recyclage pour Ă©viter le gaspillage. Utiliser des ingrĂ©dients prĂȘts Ă  ĂȘtre jetĂ©s et en faire un plat assez mignon et surtout bon. Je ne propose que des recettes faites maison, goĂ»tĂ©es et apprĂ©ciĂ©es. En cuisine il y a des ratĂ©s, j’en ai fait mais tout ce qui est publiĂ© est testĂ© et approuvé !

 

  1. Il y a-t-il dans la cuisine, des choses que vous aimez prĂ©parer plus que d’autres ?

 

Je suis une fan de pĂątisseries. Si je le pouvais, je ne mangerais que ça. Ce que j’aime dans ce domaine c’est la capacitĂ© de crĂ©ations possibles avec des aliments de base : du beurre, du sucre, de la farine et des Ɠufs. AprĂšs, bien Ă©videmment il y a des ajouts comme le chocolat, les fruits, les amandes etc. mais la base reste la mĂȘme.  Ce que j’apprĂ©cie aussi dans la pĂątisserie c’est la prĂ©cision et l’ordre (je suis maniaco-dĂ©pressive, j’aime que tout soit rangé !) Mes ingrĂ©dients fĂ©tiches ? Le chocolat et la poudre d’amandes.

 

  1. Comme pour chaque numĂ©ro, il y a LA question de la lectrice (ou du lecteur) ; pour cette fois ci, c’est Tousha de Dakar qui pose la question, la voici : “Salut Karelle, j’ai dĂ©couvert ton blog il y a de cela une annĂ©e et depuis lors je te suis et j’essaie parfois tes recettes mais une question me vient Ă  l’esprit Ă  chaque fois que je dĂ©couvre une de tes nouvelles recettes : qui est ce qui dĂ©guste tes plats aprĂšs la prĂ©paration ? Bonne continuation Ă  toi”

 

Vous savez ce qu’on me reproche le plus ? De ne pas ĂȘtre un service traiteur pour pouvoir passer ses commandes ! Merci Tousha pour ta question et pour y rĂ©pondre c’est trĂšs simple : n’y a qu’une personne qui goĂ»te Ă  mes plats et cette personne c’est mon mari ! C’est mon testeur/goĂ»teur officiel et il est trĂšs critique. Si c’est bon, c’est bon mais s’il manque quelque chose, il me le fait savoir. Ca reste mon meilleur pilier car il m’encourage Ă©normĂ©ment dans mes rĂ©alisations et dans cette aventure.

 

  1. Nous arrivons au terme de notre entrevue, et je te laisserais nous parler de tes projets surtout avec ce nouveau site web

 

D’ici 3 Ă  5 ans InchAllah mon blog/site web sera mon « gagne-pain ». Je souhaite que Les Gourmandises de Karelle deviennent le blog francophone de rĂ©fĂ©rence dans le domaine de la cuisine en Afrique. Je n’ai pas de formation professionnelle dans le domaine mais j’ai appris sur le tas. Je suis une autodidacte de la cuisine maison, facile, rapide et saine et Ă©quilibrĂ©e. Sur le long terme par contre, d’ici une dizaine d’annĂ©es peut-ĂȘtre, j’aimerais ĂȘtre Ă  la tĂȘte d’une chaine de pĂątisseries Made In Africa. Je veux aussi ouvrir un restaurant et servir des clients adeptes de la cuisine maison, faite avec amour.

Merci Aza Mag et à trùs bientît 😉

——————————————————–

Retrouvez l’interview et tous les autres articles du magazine juste ici -> AZA MAG #2 et sur leur site Internet aza-mag.com

IMG_2891

  • 26 November 2015
  • 0
Karelle Vignon-Vullierme
About me

<p>Karelle Vignon-Vullierme c’est moi! Je ne suis pas une cuisiniĂšre professionnelle, encore moins une chef. Je n’ai pas de formation culinaire, ni de restaurant mais j’aime manger et faire Ă  manger. J’ai appris avec le temps: des livres, d’Internet, de mon entourage et de mes sorties.</p> <p>Je fais de la cuisine simple, mais surtout accessible. À vrai dire, je me considĂšre comme une simple femme qui souhaite partager mes connaissances et mes expĂ©riences â˜ș</p>